Le blog

de la mission FPC

Une nouvelle étape pour Gilles et Lydia Georgel

Après une vie consacrée au service du Seigneur avec FPC, Gilles a pris sa retraite fin décembre 2021. Nous lui avons proposé de revenir sur les grandes étapes de son parcours.

À 19 ans le Seigneur s’est révélé à moi par sa Parole. J’étais ignorant de tout sur le plan spirituel. Très vite cependant, l’appel de Dieu s’est fait entendre dans mon cœur. J’avais soif de la Parole et je ne pouvais cacher ma foi. Après l’armée, le Seigneur a donné à Nicolas Kessely d’oser, avec l’accord des anciens de l’Église de Vagney, me prendre avec lui. Tout était à faire dans beaucoup de domaines. De retour dans les Vosges après une formation de 2 ans à l’école de disciples, j’ai eu la joie de collaborer avec Daniel et Ursula Herrmann pendant 8 ans (dont 4 avec Lydia). Ils ont été des modèles inspirants pour nous à tout niveau. Pendant cette période, le Seigneur a confirmé mon appel par de multiples conversions d’amis, de relations qui durent encore aujourd’hui.

En 1988, nous sommes partis à Hirson. Le terrain était beaucoup plus difficile et nous étions souvent seuls. Nous y sommes restés 12 ans. Le Seigneur nous a donné là aussi plusieurs fruits qui demeurent. En 2000, nous avons rejoint St-Quentin. Nous pensons rester à Gauchy, où nous habitons, pour notre retraite.

Quelles grandes leçons as-tu apprises ?

Le miracle de la nouvelle naissance est l’œuvre de Dieu seul. Il attire, ouvre les cœurs et fait naître d’en-haut. Nous ne sommes que des outils.
L’aide précieuse que représente Lydia. Nous sommes différents. Elle possède les qualités dont j’avais besoin pour que le ministère soit efficace.
L’importance de l’unité dans l’équipe. Mieux vaut se séparer si elle ne fonctionne pas.
La nécessité de la persévérance. Il nous faut bien réfléchir avant de prendre la décision de quitter un travail et de s’orienter. Les moments difficiles ne manqueront pas. Pour autant, nous ne devons pas tirer de conclusions trop hâtives.

Qu’est-ce qui t’a paru le plus difficile ?

Certainement, les périodes sombres de dépression que j’ai traversées. J’ai aussi réalisé que je n’ai pas le caractère d’un formateur et qu’il m’est difficile de confronter les autres à leurs péchés, lorsqu’il le faut. J’ai longtemps combattu avec un sentiment d’infériorité et de manque de confiance en moi. J’ai aussi souffert parfois d’avoir un soutien financier faible, bien que des chrétiens fidèles et des Églises aient été derrière nous pendant des décennies.

Qu’est-ce qui t’a aidé à persévérer ?

Incontestablement, la joie que j’ai trouvée – et continue à trouver – dans la méditation de la Parole de Dieu et la prière personnelle. L’écriture a été aussi pour moi une compensation bénie aux difficultés du ministère. Derrière ces choses, je vois la fidélité de Dieu qui m’a soutenu et fortifié inlassablement.

Gilles Georgel

Partager cet article

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouveaux articles

Notre blog

Voir le blog >

Mission FPC

Nos partenaires

CNEF
Union APC
Réseau FEF
Vilodec
Tim4
DMG
ExpoBible
GEM
Institut Biblique de Genève 
Institut Biblique et Missionnaire Emmaüs 
Institut Biblique de Nogent 
IBB
Cornerstone Bible college 
FLTE
Bibelschule Brake
Itéa
Le Fellowship 
L'exèdre
Vision Europe
WEM
GOM
Revive Europe
Mena
SMG
Sahel Life
Réseau 55+
SMD
Aujourd'hui l'Espoir

Jean 3 : 16

DIEU A TANT AIMÉ LE MONDE QU'IL A DONNÉ SON FILS UNIQUE AFIN QUE QUICONQUE CROIT EN LUI NE PÉRISSE PAS MAIS AIT LA VIE ÉTERNELLE.

Devenez partenaire

Prier, donner, rejoindre

S'impliquer >